De la Libération à la Guerre d’Algérie

La renaissance du mouvement anarchiste français

Biard Roland, Histoire du mouvement anarchiste : 1945-1975, Paris, Éditions Galilée, 1976, 314 p.

Roland Biard, qui donne pourtant les références de nombreux périodiques et brochures édités par les différentes organisations libertaires, ne signale pas les publications de la F.C.L. dans sa bibliographie.

Bihr Alain (et alii), Négationnistes : les chiffoniers de l’histoire, Villeurbanne-Paris, Golias-Syllepse, 1997, 235 p.

L’article de Georges Fontenis, « L’étrange parcours de Paul Rassinier » et celui de Thierry Maricourt, « Les curieux appuis libertaires du nihilisme brun », intéressent directement notre sujet.

Brayard Florent, Comment l’idée vint à M. Rassinier. Naissance du révisionnisme, préface de Pierre-Vidal Naquet, Paris, Fayard, 1996, 464 p.

D’Ovidio Pierre, Les Anarchismes en France de 1945 à la veille de mai-juin 1968, mémoire de maîtrise sous la direction de MM. Droz et Maitron, Paris I, C.H.S., 1974, 141 p., bibl.

Si l’auteur étudie indistinctement les différents courants de l’anarchisme français après la Libération, il est amené à donner une place importante aux animateurs du Libertaire. Il met aussi en évidence le rôle joué par les militants de la F.C.L. dans les groupuscules « plateformistes » des années soixante.

L’Exil républicain à Toulouse 1939-1999, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Hespérides », 1999, 309 p.

Fresco Nadine, « Les redresseurs de morts », Les Temps Modernes, juin 1980, p. 2150-2211.
— « Parcours du ressentiment », Lignes, n° 2, février 1988, p. 29-72.
— Fabrication d’un antisémite, Paris, Seuil, 1999, coll. « La librairie du XXème siècle », 795 p., bibl., index.

Nadine Fresco qui a signé la notice de Paul Rassinier dans le D.B.M.O.F. retrace son itinéraire avec un luxe de détails qui permettent de se faire une idée aussi juste que possible de ce triste personnage.

Igounet Valérie, L’Histoire d’une négation. Négationnisme et « révisionnisme » en France de l’après-guerre à nos jours, thèse de doctorat, sous la direction de Pierre Milza, I.E.P. de Paris, 1998, 3 vol., 978 p.
— Histoire du négationnisme en France, Paris, Seuil, 2000, 692 p.

Lewin Roland, « Paul Rassinier ou la conjonction des extrêmes », Silex, n°26, 1984, p. 85-93.

Loncle Julien, Histoire d’un courant anarcho-syndicaliste français : La C.N.T. de 1945 à 1995, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de MM. Jean Vigreux et Georges Ubbiali, Université de Bourgogne, 2002.

Téllez-Sola Antonio, Sabaté. Guérilla urbaine en Espagne (1945-1960), Toulouse, éditions Reperes-Silena, 1990, 308 p., ill., carte, index.

L’auteur retrace avec minutie l’action de la résistance anarchiste espagnole contre le franquisme. Ce livre est l’un des rares ouvrages sur le sujet disponible en français. Il est aussi très utile pour connaître les positions des différentes organisations du mouvement libertaire espagnol en exil en France.

La débuts de la guerre froide et de la décolonisation

Barkat Sidi Mohamed (dir.), Des Français contre la terreur d’Etat (Algérie 1954-1962), Paris, éditions Reflex, 2002, 189 p.

Cet ouvrage contient les témoignages de Georges Fontenis et Paul Philippe sur l’engagement des militants de la F.C.L. en faveur de l’indépendance de l’Algérie.

Biondi Jean-Pierre (avec la collaboration de Gilles Morin), Les Anticolonialistes (1881-1962), Paris, éd. Robert Laffont, coll. « Les hommes et l’histoire », 1992, 389 p., bibl., chronologie, index.

Même s’il est assez détaillé et qu’il recoupe une période importante du mouvement de décolonisation, l’ouvrage de Jean-Pierre Biondi ne nous a pas été d’une grande utilité dans la mesure où il prend trop rarement en compte les positions des libertaires sur le sujet.

Bouba Philippe, L’Anarchisme en situation coloniale, le cas de l’Algérie. Organisations, militants et presse, 1887-1962, thèse de doctorat en histoire et histoire de l’art, sous la direction de MM. Michel Cadé et de Hassan Remaon, université de Perpignan et université d’Oran Es-Senia, 2014, 367 p.

Boulouque Sylvain, « Les anarchistes et la guerre d’Indochine », Gavroche, n°85, janvier-février 1996, p. 18-23.
— Les Anarchistes et les guerres coloniales, 1945-1962, Mémoire de maîtrise sous la direction de Benjamin Stora, Université de Paris VIII - Saint Denis, Paris, 1994.
— « Les anarchistes et les soulèvements coloniaux. De la guerre d’Indochine à la guerre d’Algérie », L’Homme et la société, n°123-124, janvier-juin 1997, p. 105-117.
— Les Anarchistes français face aux guerres coloniales (1945-1962), A.C.L., Lyon, 2003, 120 p., bibl.

Dalloz Jacques, La Guerre d’Indochine 1945-1954, Seuil, Paris, 1987, 314 p.

Devriendt André, « Deux guerres coloniales, l’Indochine et l’Algérie », Magazine libertaire, n°4, décembre 1984.

Droz Bernard et Lever Evelyne, Histoire de la Guerre d’Algérie 1954-1962, Seuil, Paris, 1982, 375 p.

Esteve Gilbert, « Un entretien avec Georges Fontenis. Il y a 50 ans, l’insurrection algérienne », L’Emancipation syndicale et pédagogique, 31 janvier et 28 février 2005.

L’Insurrection algérienne et les communistes libertaires, éditions Alternative Libertaire, coll. « Mémoires », 1992, rééd., 2006, 64 p., ill.

Ce recueil présente les témoignages de militants de la F.C.L. (Georges Fontenis), du M.L.N.A. (Léandre Valéro), des G.A.A.R. (Guy Bourgeois) ou de la Voie communiste (Denis Berger).

Pattieu Sylvain, Les Camarades des frères. Trotskistes et libertaires dans la guerre d’Algérie, préface de Mohamed Harbi, Paris, éd. Syllepse, 2002, 292 p., ill., bibl., index.

Rioux Jean Pierre (dir.), La Guerre d’Algérie et les Français, colloque de l’Institut d’histoire du temps présent, Fayard, Paris, 1990, 700 p.
— et Sirinelli Jean-François, La Guerre d’Algérie et les intellectuels français, éd. Complexe, Bruxelles, 1991, 405 p.

Yacono Xavier, Les étapes de la décolonisation française, Paris, P.U.F., coll. « Que sais-je ? », 1975.

Néo-anarchisme ou marxisme libertaire ?

La plupart des ouvrages qui concernent le débat sur l’organisation évoquent également le « néo-anarchisme ». Alexandre Skirda consacre un chapitre de son livre Autonomie individuelle et force collective à l’O.P.B. et la F.C.L. Georges Fontenis, qui fut un acteur de première importance dans cet épisode, donne également des renseignements utiles dans ses souvenirs.

Ballieu David, La Fédération anarchiste française (1953-1970) : anarchisme traditionnel et néo-anarchisme, mémoire de maîtrise sous la direction de M. Jean-François Sirinelli, Lille III, Villeneuve d’Ascq, 1994. 175 p., ill., bibl.

Bourseiller Christophe, Histoire générale de l’ultra-gauche, Paris, Denoël, coll. « Impacts », 2003, 546 p., bibl., index.

Dubacq Philippe, « Anarchisme et marxisme au travers de la Fédération communiste libertaire (1945-1956) », Pantin, Noir et rouge, n°23, coll. « Anarchisme et mouvement social », 1991, 66 p.

Gombin Richard, Les Origines du gauchisme, Paris, Seuil, 1971.

Guérin Cédric, Pensée et action des anarchistes en France : 1950-1970, mémoire de maîtrise sous la direction de M. Vandenbussche, Université de Lille 3, Villeneuve d’Ascq, 2000, 188 p., bibl.

Joyeux Maurice, « L’affaire Fontenis », La Rue, n°28, 1980, p. 57-85.
— L’Hydre de Lerne, Paris, 1967.

Lagant Christian, « La F.C.L. et les élections du 2 janvier 1956 », Noir et Rouge, n°9, hiver 1956-1957, rééd., Arles, Organisation révolutionnaire anarchiste, 1971, 8 p.

« Noir et Rouge », cahiers d’études anarchistes révolutionnaires, anthologie 1956-1970, Paris, éd. Acratie et Spartacus, 1982, 285 p.

Christian Lagant dans un article intitulé « Sur le néo-anarchisme » dresse un bilan de l’expérience des G.A.A.R. et de la revue Noir et Rouge et revient sur l’époque de la F.C.L.

Rubel Maximilien, Marx critique du marxisme, Paris, éd. Payot, coll. « critique de la politique » dirirgée par Miguel Abensour, 1974.
— « Marx théoricien de l’anarchisme », Saint-Denis, Les Cahiers du Vent du Ch’min, n°5, 1983, 43 p.